Archives Mensuelles: octobre 2011

100 % divertissement, 0 % info

Déjà regardé une émission type 100 % foot ? Et bien on aime ou on aime pas -pas dans mon cas- , mais la qualité y est.
Avis croisés, information recoupée, temps d’antenne conséquent, pluralité des points de vues, mines concernées et sérieuses, re-visionnage des moments clés, images d’archives à foison. Bref, une information de qualité. Je ne comprends pas pourquoi il faut avoir l’air si soucieux en anlaysant des enjeux bien secondaires et aux conséquences fort limitées pour la population hors supporteurs – mais bon, tant mieux pour tous ceux que le foot passionne.

Mais pourquoi, pourquoi les informations télévisées ne correspondent-elles pas – même de loin – à ce standard de qualité ? Pourquoi cette brièveté ? Cette succession ultra rapide d’évènements sans rapports les uns avec les autres ? Pourquoi cette absence de points de vues contrastés ? Pourquoi ce besoin de faire de l’info un spectacle ? du divertissement ?

Pourquoi les gens « ne peuvent pas comprendre » la complexité des événements mondiaux (type crise de l’euro) et donc on leur refourgue des explications pré-machouillées / type fast food et pourquoi le moindre commentaire de footeux est jugé suffisamment complexe pour être analysé sous toutes ces coutures ? Et pourquoi on nous rabâche les résultats de foots  aux journaux télévisés alors que les supporteurs ont déjà pléthore d’information à disposition ?

Qu’est-ce que cela dit des médias en tant que contre-pouvoir ? Qu’est-ce que ça dit de notre démocratie ?

Publicités

To be or not to be

Les déplacements me donnent le vertige. Mon insignifiance s’empare de moi.  Ailleurs personne ne se préoccupe de mon existence, comme moi-même j’ignore tout d’eux. J’aurais pu vivre là comme ne jamais y venir. Tout est le fruit du hasard. Et puis, je pourrais ne pas être que cela ne changerait rien. A la surface, effleure ce questionnement : et si je n’étais pas ?

Plus la distance est longue, plus la vitesse du déplacement est rapide, et plus mon âme patauge. De certains voyages, je ne me souviens que de ce doute existentiel, douloureusement intense, de cette trajectoire absurdement solitaire.

Avant, ça me prenait par surprise. Maintenant, j’anticipe davantage. Je transporte mes talismans personnels, la liste calligraphiée des coordonnées de mes proches, ma famille, du parfum, un dessin au henné sur ma peau, une croix huguenote. Tout ce qui lie et rappelle, oui, pour les tiens tu comptes. Oui, ils préfèrent de beaucoup que tu existes.

Je ne suis sans doute pas la seule à douter ainsi au fil des kilomètres. Sinon, pourquoi les touristes se préoccupent-ils tant du « bon accueil » des autochtones, pourquoi ces convictions sans nuance « ici, les gens sont sympas » / »ici, les gens savent vivre » etc. Comment se faire une opinion en deux semaines de vacances ? Ce n’est pas très crédible, mais ça évite sans doute de trop réfléchir à l’indifférence d’autrui. Et ma sœur, qui possède cette capacité rare d’entamer des conversations réelles avec des gens divers, vit ses voyages comme des rencontres avec des personnes singulières, sans conclusions abruptes.

Ouf, je suis de retour !

Not This Song

A storytelling site about dual diagnosis recovery

The Beggar's Bakery

"Christianity is one beggar telling another beggar where he found bread" - D. T. Niles

La vie est saine

Besoin d'une vie équilibrée et active.

Clair et Lipide

...et les mots pour le dire arrivent aisément ~ Sylvain

Maigrir Revivre

Blog de Speedy

Claire Parent

Techniques de communication et manipulation psychologique

Blog Maigrir

Une réflexion personnelle.

Danny Mansmith

picture diary

womanwithafish

sue stone textile artist